Societé

Elise ZIEMINE NGOUMOU | 26-01-2017 17:03

 

tam

Le tronçon, difficile d’accès durant de longues années a été réaménagé par la Communauté urbaine et le ministère de l’Habitat et du Développement urbain.

L’axe en vaut désormais le détour à pied comme en voiture. Plus de nids-de-poules encore moins de poussière comme par le passé. Le tronçon reliant le lieu dit « Tam-Tam »  à Jouvence au quartier Biyem-Assi à Yaoundé brille. Le bitume, les caniveaux, la signalisation, tout a été remis à neuf. La vielle piste d’hier, difficile d’accès et abandonnée aux habitants de la zone est devenue la plus enviée et fréquentée. Ceci grâce au ministère de l’Habitat et du Développement urbain (Minhdu) à travers le Projet de développement des secteurs urbain et de l’approvisionnement en eau (PDUE) et la Communauté urbaine de Yaoundé (CUY). « C’est  comme si nous étions dans un rêve. Nous avons trop souffert. C’était comme si l’Etat avait oublié cet axe. Nous lui disons merci pour cette belle route. Elle a changé le quartier », déclare Alexis N., conducteur de taxi.  
D’après une source bien introduite à la Communauté urbaine, la construction de cet axe s’inscrit dans le lot de réhabilitation des voiries de cette partie de la capitale (Yaoundé VI), à partir du Rond-point Damase, Shell Nsimeyong et autres. Depuis le démarrage du programme d’aménagement  en 2015, le quartier a changé de physionomie. Le Rond-point express, seul passage bitumé depuis belle-lurette, et reliant le quartier Tam-Tam à Jouvence, semble avoir perdu certains de ses clients. « Comme beaucoup d’automobilistes ne maîtrisent pas encore cet axe, il n’y a jamais d’embouteillage. C’est actuellement la route à emprunter en cas d’urgence », indique un Adrien N., automobiliste. Chez les riverains également, la satisfaction est grande. « Nous sommes soulagés. Quand cette route n’était pas bitumée, c’était la souffrance. On était obligé de quitter la maison avec deux paires de chaussures pour espérer arriver propre au bureau», raconte l’un d’entre eux.