Le Ministre des Travaux publics, Emmanuel NGANOU DJOUMESSI qu’accompagnait le Secrétaire d’Etat  auprès du Ministre des Travaux publics chargé des Routes, Louis Max AYINA OHANDJA, a visité le mercredi 01er février 2017 dans la région du Sud, département de  l’Océan, le Chantier de construction de la section Kribi-Lolabé une section de l’autoroute Edéa-Kribi. Objets de la visite, l’évaluation des travaux en cours, l’appréciation de la qualité de ces derniers et la prise en compte des problèmes liés à l’exécution des travaux.

IMG-20170202-WA0027

La visite de chantier effectuée par le Ministre des Travaux publics avait pour objectif d’apprécier la qualité des travaux réalisés et d’examiner avec tous les acteurs  intervenant dans la réalisation dudit projet,  tous les éventuels écueils qui peuvent entraver la réalisation du projet dans les délais. Plus de sept arrêts ont été marqués pour parcourir les zones de grande portée de l’autoroute. Le premier arrêt  au point kilométrique (PK) 30 a consisté à la présentation de l’atelier de préfabrication des poutres de ponts en béton précontraint. Dans cet atelier,  les poutres sont ferraillées, coffrées et bétonnées surplace.  Cet arrêt a été suivi de la visite d’un échangeur en construction entre la route Nationale N°17 (Sangmelima –Mengong-frontière du Gabon) et l’autoroute.  Au PK 23+380, le ministre et sa délégation ont pu apprécier les travaux de construction du passage supérieur  sur la Lobé et le lieu d’interférence entre l’autoroute et la ligne électrique qui a été déplacée par l’entreprise avant la construction des travaux causant quelques perturbations des travaux.  Au PK 12+500, les installations de la centrale à enrobé ont été présentées et à cette phase,  l’entreprise a déployé les équipements nécessaires pour différentes formulations. A quelques pas, une plateforme constituée de bitume sur environ cinq cent mètres donnait une autre physionomie à cette section. La section de l’autoroute circulable a été réalisée après les opérations de remblais/ déblais et construction des ouvrages hydrauliques. La plateforme en question ne présente pas encore un aspect définitif, mais une emprise quasiment dégagée selon les caractéristiques souhaitées pour la construction d’une infrastructure routière d’envergure. A la suite de la visite des travaux, l’on retient que le taux d’avancement des travaux de construction de l’autoroute Kribi-Lolabé est estimé à 35% et les travaux se présentent ainsi qu’il suit : travaux préparatoires  98% ; réalisation des déblais meubles et rocheux 67% ; travaux de  remblai provenant des déblais  32% ; remblai provenant des emprunts  46% ; ouvrages hydrauliques de type Buses  87% ; ouvrages cadres de type dalots  80% ; caniveaux et fossés pour drainage 32% ; fondation profonde (construction des pieux) pour ouvrages d’art 39% ; poutres préfabriquées en béton précontraints pour les ponts 15% ; appuis des ponts (murs des culées, colonnes et chevêtres des piles) 4%. La  bande d’essai de la couche de gravier sur 200 m est  achevée. Plus de cinq heures d’horloge pour passer en revue les travaux d’aménagement réalisés sur l’autoroute kribi-Lolabé longue de 38.5 Km plus une voie de raccordement de 4.5 km sur la Route Nationale N°7 (Limite Sud- Kribi-Campo).

 

A la suite de la visite de chantier, le Ministre des Travaux publics a tenu une concertation à la base vie de l’entreprise China Harbour Engineering Company LTD (CHEC) en présence de l’Assistance à la Mission de Contrôle, des autorités administratives du département de l’Océan, les élus locaux. Les questions abordées portaient sur l’exonération des taxes à payer par  l’entreprise, le déplacement des réseaux existants sur l’emprise du projet, la libération des emprises du projet par les riverains, les procédures douanières.

S’agissant des problèmes relatifs à  l’exonération des taxes au bénéfice de l’entreprise. Il avait été demandé à l’entreprise de payer des impôts liés à l’exploitation de la carrière (taxe de transport des granulats par la Mairie de Kribi 1er et la taxe surfacique et d’extraction des graviers exigée par le Ministère des Mines. A ce sujet, les élus locaux ont transmis leurs doléances au MINTP pour que le gouvernement puisse amener l’entreprise CHEC à se conformer à cette exigence qui permettra le fonctionnement de la commune et par ricochet le développement socio-économique de Kribi 1er. Concernant, le déplacement des réseaux existants sur l’emprise du projet, il faut relever que le déplacement des réseaux existants n’est pas complet ce qui impacte sur la progression des travaux. Il s’agit des lignes d’ENEO, de la fibre optique de CAMTEL, la ligne de télécommunication souterraine de NEXTTEL. Il a été demandé à ENEO de produire un devis estimatif pour le  déplacement des câbles.  Pour ce qui est de la libération des emprises du projet par les riverains, il est à noter que les indemnisations ne sont pas achevées ce qui entrainent parfois des arrêts des travaux avec blocage des engins par les populations. Il y a lieu de rappeler que les sections à indemniser actuellement sont les zones hors déclaration d’utilité publique allouée au CIPK. Il a été recommandé au préfet de l’Océan de mettre à la disposition du Maître d’ouvrage, conformément à la règlementation en vigueur, une évaluation de son budget complémentaire permettant de boucler les opérations d’indemnisations des riverains. Enfin, s’agissant les procédures douanières liées au dédouanement des engins et autres matériaux à utiliser dans le cadre du projet, des correspondances ont été initiées dans l’optique d’amener les autorités du Port autonome de Douala à trouver des solutions adéquates pour faciliter la sortie des engins et matériaux. La dernière articulation abordée par le MINTP portait sur l’entretien routier dans la région du Sud. Ainsi, tous les contrats d’entretien routier en cours ont été examinés.

Le projet de conception- réalisation de l’autoroute Kribi-Lolabé constitue la phase 1 des travaux de construction de l’autoroute Edéa-Kribi-Lolabé dont le  phasage est adossé sur les perspectives de développement du Complexe Industrialo-Portuaire de Kribi (CIPK) et de son hinterland en termes notamment de flux de marchandises a démarré le 15 janvier 2015, date de notification de l’ordre de service de démarrage des travaux pour une durée de 42 mois. Les travaux seront exécutés sur un linéaire de 38.5 Km plus une voie de raccordement de 4.5 km sur la Route Nationale N°7 (Limite Sud- Kribi-Campo. L’entreprise China Harbour Engineering Company LTD (CHEC) réalisera le marché des travaux et le contrôle des travaux par le Groupement BET EGIS Cameroun pour un mont qui s’élève à 250 milliards de FCFA. Le projet est financé par Exim Bank de Chine à hauteur de 85% et l’Etat du Cameroun 15%. Le contrat est  exécuté sous la forme d’un Partenariat -Public -Privé  (PPP) pour une durée de trente ans. Ainsi, le partenaire privé sera chargé de l’exploitation de l’autoroute c’est-à-dire la mise en place effective de la collecte des péages et du maintien du niveau de service figurant dans le contrat.  Le partenaire privé assurera également la maintenance de l’ouvrage et définira les objectifs d’exploitation durant la totalité de la vie du contrat ainsi que les obligations de remise à niveau et de durée minimale résiduelle de l’ouvrage au moment de sa restitution au partenaire public ( 5,8 ou 10 ans).  Les aménagement spécifiques des  travaux à exécuter dans le cadre du projet de l’autoroute Kribi-Lolabé se présenteront ainsi qu’il suit : vitesse de référence 100 km/h ; profil en travers sera une plateforme de chaussées aménagée en 2x2 voies et les ouvrages hydrauliques (buses et dalots) aménagés en 2x3 voies ; la construction de 57 dalots, 62 ouvrages hydrauliques ; 03 passages supérieurs sur échangeur ; 03 autres  ponts ; 03 échangeurs ; 03  stations de Péages  et un centre d’entretien et d’interventions y compris les bâtiments, équipements et matériels d’exploitation de base ainsi que l’éclairage public de ce périmètre.