Economie
Michèle FOGANG | 14-02-2017 16:50

 

xx5495_formation_281_jeunes_entreprenariat_agropastoral

Les activités 2016 du programme consacré à la promotion de l’entrepreneuriat jeune évalués lors du comité de pilotage tenu vendredi dernier à Yaoundé.

Bilan 2016 satisfaisant. C’est l’appréciation que l’on peut faire des résultats enregistrés par le Programme de promotion de l’entrepreneuriat agropastoral des jeunes (Pea-jeunes) durant l’année 2016. En effet, d’après Alfred Bela Tomo, le coordonnateur national, 281 jeunes issus de la cuvée 2016 ont été incubés et sont en cours d’installation, en même temps que 58 porteurs d’initiatives économiques reçoivent des financements. Réunis à l’occasion du comité de pilotage du Pea-jeunes, les membres du comité de pilotage ont évalué l’exécution de chaque point du chronogramme 2016. La rencontre était placée sous la supervision des ministres en charge de l’agriculture et de l’élevage, coprésidents du programme. Il s’agissait entre autres d’approuver le plan de travail et le budget annuel (Ptba) 2017.
De l’exposé d’Alfred Bela Tomo, on a appris que  97 % de l’ensemble des activités (techniques et non techniques) du plan de travail et budget annuels Ptba ont été réalisées. Soit, 76% de taux d’exécution technique. L’année écoulée au Pea-jeunes était articulée autour de quatre principales composantes, à savoir : le développement d’entreprises agropastorales viables, l’accès aux services financiers, l’amélioration des cadres organisationnel et institutionnel, ainsi que la coordination et la gestion des savoirs. En termes de résultats, 5040 entreprises agropastorales créent aujourd’hui des emplois directs et indirects, le volume et  la valeur des ventes ont augmenté d’un taux minimum de 30% chez au moins 50% des jeunes accompagnés. En outre , « le module sur l’entrepreneuriat a été intégré dans les curricula des centres de formation agropastorale », a relevé le coordonnateur national.
Afin de répondre efficacement aux objectifs de développement d’une agriculture performante et d’amélioration de la sécurité alimentaire : « le Pea-jeunes prévoit également d’incuber 500 jeunes, créer et financer environ 450 entreprises portées par eux », a indiqué le ministre Taïga.