Economie
Félicité BAHANE N. | 14-02-2017 15:09

 

16730473_1374230549318374_91614219485636292_n

Invités spéciaux, les exposants de cette région s’illustrent principalement dans des productions artisanales et agroalimentaires.

Ainvités spéciaux, emplacement spécial. Les PME de l’Extrême-Nord disposent d’un hall particulier, aménagé au sommet du Mont Nkolnyada, précisément dans la cour du palais des Congrès. « L’invitation spéciale à ces PME constitue la grande innovation de cette 6e édition de PROMOTE. En effet, à cause de l’insécurité ambiante dans leur région, avec la guerre contre Boko Haram, ces entreprises sont en difficulté. PROMOTE 2017 leur offre une nouvelle occasion de se relancer, de nouer des partenariats gagnants et pourquoi pas, de vendre un peu plus », confiait le ministre du Commerce, mandat gouvernemental de PROMOTE samedi dernier,  à l’ouverture du salon.
Dans l’espace à eux dédié, l’on dénombre 12 exposants, spécialisés pour la plupart dans l’agroalimentaire et l’artisanat. Ils ont été transportés et installés gratuitement par la Fondation Interprogress, organisateur de PROMOTE. Le visiteur est de prime abord capté par ce mobilier de séjour à base de cuir et de cornes de bœuf. « Il s’agit du salon royal qui peut s’acheter à 800 000 F », indique Mohamadou Nourou, maitre artisan venu de Maroua. Le jeune entrepreneur dit être spécialisé dans la sculpture de récupération de déchets animaliers, notamment les cornes et la peau, qu’il transforme en meubles et 25 autres petits objets dont les colliers, boucles d’oreilles, porte-clés et chausse-pied. « En deux jours, j’ai déjà enregistré quatre promesses d’achat d’en moyenne un million de F. C’est extraordinaire », assure-t-il.
Autre exposant, Delphine Gouskro, originaire de Kaélé. La dame est spécialisée dans l’agroalimentaire et propose une variété de produits : la poudre d’oseille de Makary ; le farine soja de Mokolo ; le risotto du Diamaré ; le beurre de karité ; l’huile de sésame et de neem, etc. Tout sourire, la dame rapporte que dimanche dernier, elle a reçu la visite d’un exportateur de produits tropicaux. « Il m’a passé une grosse commande. En plus de ce que je vends sur place, je peux dire que mon déplacement a déjà produit de bons résultats ».