Regions
Rita DIBA | 18-04-2017 23:28

 

xx7864_P_13_ph02_Entreprises

 A travers l’initiative « Globe-trotter de l’économie numérique » du Minpostel lancée hier à Douala

 

Depuis hier 18 avril 2017, de jeunes e-entrepreneurs de la région du Littoral échangent avec des experts dans l’un des jardins de l’hôtel Sawa, dans le cadre de la 2e étape de la caravane nationale « Globe-trotter de l’économie numérique », organisée par le ministère des Postes et Télécommunications (Minpostel). Objectif, encadrer et accompagner les jeunes dans le montage et la maturation de leurs projets. Comme l’a expliqué Armand Ndjodom, Sg du Minpostel qui a présidé le lancement officiel de la caravane dans le Littoral, s’adressant aux porteurs de projets : « Il s’agit de vous guider dans les arcanes des lois, de la réglementation… N’hésitez pas à faire état de vos besoins, vos difficultés. »


Parmi ces porteurs de projets, on compte Dominique Claude Atouba, avec son associé, ils sont venus parler de leur e-entreprise Belook, une plateforme en ligne d’annonces gratuites qui existe depuis quatre ans. Il y a aussi Eclantine Laure Tchuendem Ngouajio. Son initiative, Agritech, est une « plateforme d’échanges qui permettrait aux différents agriculteurs de s’interconnecter et d’échanger dans leur domaine et éventuellement de procéder aux ventes de  leurs produits sur le territoire national et à l’international. » L’objet de sa présence, apprendre à monter un business plan et éventuellement chercher des financements. Après entretien au poste 5 donc, l’expert lui a remis un guide pratique qui devrait l’aider dans les étapes de montage du document et comme à d’autres candidats, il lui a aussi donné quelques éléments pour convaincre les potentiels associés ou investisseurs. Il l’a également encouragée à aller travailler, avant de revenir soumettre sa présentation de projet à la correction avant la fin de « Globe-trotter de l’économie numérique », prévue pour vendredi, 21 avril prochain.


Autre e-entrepreneur, Alain Youdjeu. Comme Eclantine Laure Tchuendem Ngouajio, il a participé aux deux visioconférences lors desquelles le ministre des Postes et Télécommunications, Minette Libom Li Likeng, a échangé avec des jeunes sur l’entrepreneuriat et les Tic. S’il est venu, c’est parce que « l’apport des experts peut être bénéfique pour moi, ils peuvent me donner des conseils. Parallèlement, le réel accompagnement pour nos projets, c’est le financement. Ça va être l’opportunité pour impulser mon projet. » Il rappelle tout de même : «  Ici, c’est plus une affiliation. Il est question que les projets viables soient relayés au ministère, après il y aura un tri. » Dans le même sens qu’Armand Ndjodom : « les informations qui seront collectées ici seront sauvegardées dans une base de données sécurisée afin de constituer une banque de projets. »