Regions
Mireille ONANA MEBENGA | 21-04-2017 08:01

 

xx7948_P_15_ph02_Malformations

 Les 10 premiers patients ont été retenus dans le district de santé de Logbaba.

 L’enregistrement des malades a commencé mercredi 19 avril 2017 par le district de santé de Logbaba, dans l’arrondissement de Douala 3e. Sur les 70 personnes reçues par l’équipe médicale composée de trois médecins formés par les humanitaires, 10 cas ont finalement été retenus. Ces derniers seront parmi les malades qui vont bénéficier des soins gratuits des humanitaires de l’Organisation Non Gouvernementale (ONG) Mercy Ships. Dans l’après-midi de ce  même mercredi, une  autre  rencontre, la deuxième du genre, a eu lieu dans les services du gouverneur de la région du Littoral entre les officiels camerounais et les philanthropes du Mercy Ships venus en mission préparatoire.
Les points abordés étaient d’ordre administratif, sécuritaire et médical. Il s’agissait entre autres des autorisations d’exercer pour le personnel médical du bateau-hôpital, les visas d’entrée, la sécurité au niveau du Port autonome de Douala (Pad), etc. Pendant les échanges, le gouverneur de la région du Littoral, Samuel Dieudonné Ivaha Diboua, a mis l’accent sur la sensibilisation. Le gouverneur a demandé à toutes les individus présents d’aller sensibiliser les membres de leurs familles, les voisins dans les quartiers enfin qu’un maximum de personnes bénéficient de l’opportunité qui est offert. Les associations des femmes, dont les représentantes ont participé à la rencontre, doivent également sensibiliser sur le terrain.
Dr Georges Etoundi Mballa, directeur de la Maladie  au ministère de la Santé publique, a préconisé un dialogue de proximité pour avoir l’adhésion du plus grand nombre. Egalement au cours de l’échange, une projection sur les différentes pathologies a été faite. Cela a pour but d’édifier  un peu plus l’opinion sur les cas qui seront pris en charge pendant 11 mois par les humanitaires. En effet, il faut rappeler que l’Ong Mercy Ships et son  bateau-hôpital vont séjourner en terre camerounaise d’août 2017 à juin 2018. Environ 6000 malades sont attendus.