Elise ZIEMINE NGOUMOU | 15-05-2017 22:57

 

Des experts de l’American Hospital of Paris partagent depuis hier leur savoir-faire avec l’équipe du Centre de reproduction humaine Paul et Chantal Biya.

700x380xx817_P_15_PH_02_Chracerh

D’après le Pr Jean-Marie Kasia, administrateurdirecteur général du Centre hospitalier de recherche et d’application en chirurgie endoscopique et reproduction humaine Paul et Chantal Biya (Chracerh), il est impossible de viser l’excellence sans apprendre tous les jours. Sans s’approcher des personnes plus expérimentées en la matière. C’est ce qui justifie sans aucun doute, la présence au sein de la formation sanitaire offerte par le chef de l’Etat et son épouse, Mme Chantal Biya, aux populations camerounaises en proie à l’infertilité, des têtes pensantes de l’American Hospital of Paris. Un centre d’excellence multi pathologique de haut niveau, vieux de 100 ans et qui répond aux normes françaises et américaines en matière de prise en charge des patients. Ses experts sont à Yaoundé pour le premier workshop pour la santé de la femme en Afrique. Evènement organisé sous le haut patronage du couple présidentiel camerounais.

Aux côté du Pr. Kasia hier matin, le Dr Eric Sebban, chef service de chirurgie gynécologique de l’American Hospital of Paris et le Dr Frédéric Chiche, vice président du conseil médical de cet hôpital de renom, entres autres. « On nous a prescrit de mettre en place un centre d'excellence. Ce qui nous amène à toujours faire mieux que les autres. Ce workshop a pour objectif de nous permettre de nous arrimer et d'apporter plus de connaissances à nos apprenants. S'associer aux plus compétents du monde, est la meilleure façon de le faire », argumente l’administrateur- directeur général du Chracerh.

Au premier jour de ce workshop, les choses sérieuses ont démarré. Sans perdre du temps dans une cérémonie protocolaire, le Pr Kasia et ses hôtes se sont enfermés dans les blocs opératoires, pour la séance pratique. « Nous sommes face à une dame de 30 ans, sans enfant et qui a un utérus avec de très gros fibromes. Il est question de l’opérer en préservant sa fertilité », explique Dr Frédéric Chiche, dans sa tenue de chirurgien. Et lorsque l’opération démarre, les autres participants, bien installés à l’amphithéâtre du Chracerh via un écran géant, ne ratent aucun détail. Ils sont étudiants et praticiens venus de Côte d'Ivoire, du Gabon entre autres. « Nous voulons partager les connaissances avec nos amis européens mais aussi africains pour le grand bénéfice de nos apprenants, étudiants, confrères, gynécologues et autres », a affirmé le Pr. Kasia. Le workshop qui se poursuit ce jour connaîtra entre autres, des tables-rondes, des communications libres, en attendant la signature des accords de partenariat avec l’Américain Hospital of Paris, demain mercredi.