Economie

Sorèle GUEBEDIANG à BESSONG | 18-05-2017 14:25

 

xx8649_P_11_PH01_Labogenie

  Les essais ont été effectués mardi dernier en présence du directeur général, Philippe Nouanga.

Le Laboratoire national de génie civil (Labogénie) vient d’acquérir une machine qui permet de simuler le vieillissement de la route. Pour s’assurer de son fonctionnement, des essais ont été effectués mardi dernier en présence du directeur général, Philippe Nouanga et de Stanislas De Maistre, directeur général délégué de Vectra, une entreprise détentrice de la licence du Laboratoire central de ponts et chaussées en France, spécialisée dans la fabrication de ce type d’équipement.

 

« Nous avons constaté il y a quelques années que la plupart des routes construites se sont dégradées très rapidement. Pour y remédier,  il fallait trouver une réponse en amont. Ceci en faisant des formulations d’enrobés (mélange de granulats et  de bitume) qui offrent à la route une certaine durée. Nous faisions jusqu’ici des formulations de niveau 1 ou 2 », a expliqué Philippe Nouanga. Ce dernier a également indiqué qu’actuellement, l’entreprise vient d’acquérir des machines qui font la formulation jusqu’au niveau 4,  le plus élevé.

« Cette machine permet de  mesurer le module complet et la fatigue des matériaux pour savoir à l’avance combien de temps la route mettrait avant de se dégrader », a-t-il rassuré.


Pour Stanislas De Maistre, cette nouvelle acquisition  permettra à la route d’avoir une durée de vie déterminée et éviter l’apparition des nids de poule, des ornières, des fissures au bout de quelques années.