Economie
Jocelyne NDOUYOU-MOULIOM | 14-06-2017 08:31

xx9363_P_08_ph02_Solaire

D’ici peu, le ministre de l’Economie signera un accord de prêt avec la Bank of China pour la phase 2 du projet y afférent

Le président de la République vient d’habiliter le ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire à signer, avec la Bank of China, un accord de prêt d’un montant de 123,3 millions de dollars US, soit environ 73,95 milliards de F. Cet argent est destiné au financement de la deuxième phase du projet d’électrification de 350 localités par système solaire photovoltaïque. Il s’agit là d’un projet piloté par le ministère de l’Eau et de l’Energie (MINEE), en cours de réalisation depuis 2015 grâce à la collaboration technique de l’entreprise chinoise Huawei technologies Co Ltd. L’ambition  à terme est d’électrifier 1000 localités à travers le triangle national, par l’énergie solaire. Ce projet fait partie des nombreux efforts entrepris par le gouvernement pour résorber le déficit énergétique que subit le pays.


A ce jour, selon des sources bien introduites, la première phase, qui concernait 166 localités, est bien avancée. On parle de 80% de taux de réalisation, soit 112 localités bénéficiant déjà de la production des centrales photovoltaïques parmi lesquelles nos sources indiquent Ngang et  Konyambetta dans la région du Centre, Babessi dans le Nord-Ouest, Doumaintang à l’Est et bien d’autres.


Pour ce qui est de la phase 2, elle concernera 184 localités sous le même modèle. En effet, comme pour la première partie, il est question de construire des centrales photovoltaïques dans les parties du pays situées hors du périmètre concédé depuis des décennies au fournisseur actuel de l’énergie électrique au Cameroun. Dans la pratique, explique notre source, « une fois qu’une centrale est construite, les ménages qui le souhaitent, souscrivent un abonnement et paient leur consommation mensuellement sur la base des taux discutés. C’est cela qui aidera l’Etat à rembourser la dette contractée pour réaliser le projet ».
Pour mémoire, la première phase, considérée comme une phase pilote, est réalisée grâce à un financement de 53 milliards de F réparti entre la partie camerounaise (7 milliards de F) et la partie chinoise (46 milliards de F).  Lors du lancement du projet il y a un an environ, il avait été révélé que chacune des localités bénéficierait d’une capacité moyenne de 32 KW, pour 150 000 personnes touchées. La deuxième phase plus importante aura des chiffres sans aucun doute plus grands.