Regions
Pierre Rostand ESSOMBA | 14-06-2017 08:26

Ce village fait sensation grace à ses plages pittoresques et à son passé de base militaire allemande

A la première vue du visiteur, Campo Beach est un petit village de rien du tout. Ses maisons, en matériaux provisoires, ne laissent pas apparaître ce « paradis caché » dont plusieurs personnes vantent les charmes. Campo Beach, le dernier mètre carré de la superficie du Cameroun, serait alors un « Eldorado », un site d’extase.

14368785_582090305323797_8043313102725422813_n


Situé à l’embouchure du Ntem, ce petit village représente le Cameroun en miniature. On y retrouve des ressortissants de toutes les régions du Cameroun, et même de certains pays de l’Afrique de l’Ouest. Le vivre-ensemble est donc bien appliqué ici. Bien que négligeable par sa superficie réduite, Campo Beach n’est pas à déprécier. En matière de sécurité, la localité serait l’une des  zones les plus surveillées. La présence des éléments du Bataillon d’intervention rapide (BIR), des fusiliers marins, des policiers et des douaniers, dissuade toute idée négative.


A 500 mètres de la Guinée-équatoriale, Campo Beach tient bien son rôle de centre commercial, qui accueille Camerounais et Equato-guinéens. On y trouve un peu de tout, et à moindre coût. « J’achète du bon vin, ici, quatre fois moins cher qu’à Yaoundé et à Douala », raconte Esther Ngo Bilong.

La dame est venue s’approvisionner en vins et whiskies, pour le mariage de son frère. Il n’y a pas que vins et liqueurs qui attirent. Les plages pittoresques de la zone font aussi affluer. Couché sous un cocotier, le visiteur, à la tombée de la nuit, laissant se balader son esprit dans le vent qui souffle, est bercé par la musique mystique des vagues. Et quand il pleut au petit matin, c’est un autre phénomène qui se vit : la mer n’est plus visible. On se croirait dans les nuages.


Autant de phénomènes à découvrir. Campo Beach, qui rayonnait déjà sous son statut de base militaire allemande, en 1884. Quelques traces de cette époque s’y distinguent encore. A l’image de la guillotine, que vous découvrirez à un jet de pierre de la résidence du chef de groupement Iyassa.