Culture
Crescence Yolande AKABA (stagiaire) | 13-06-2017 08:23

xx9274_P_14_ph02_Patriotisme

Cette structure située dans la Lekié se dévoile depuis le 1er juin à l’hôtel Hilton à Yaoundé

Le musée d’art Nomekam, situé à Nkol-Ngok par Ngoya II dans la Lekié (Centre) expose plusieurs objets de sa collection depuis le 1er juin au hall de l’hôtel Hilton à Yaoundé. Cette vitrine organisée en partenariat avec le groupe Rougier, consortium international d’exploitation de bois, attire aussi bien des curiosités nationales qu’internationales.

 

« C’est exceptionnel. De nos jours, il est vraiment important de voir de tels objets », s’est exclamé un visiteur, le regard rivé vers un casque colonial jadis porté par les officiers pendant la première guerre mondiale. Cette exposition vise à contribuer à l’ouverture de la société camerounaise sur son passé et sur le monde à travers la connaissance des mémoires, des outils, des arts primitifs et bien d’autres. « A travers cette exposition, nous voulons valoriser le patrimoine culturel matériel et immatériel, apporter une contribution au développement de la culture camerounaise, aménager un espace d’échanges pour le développement et la culture muséale et transmettre les valeurs culturelles aux jeunes », a énuméré Louise Ada Mbida-Nkou Ndzana, conservatrice dudit musée.


Les œuvres exposées relèvent de l’art primitif, des vestiges, des antiquités locales notamment le grenier royal de conservation, le ngoukeu, la girafe, le couvre-chef. Ce dernier fabriqué avec des écorces d’arbres, des plumes de perroquet et des perles traditionnelles était autrefois porté par des hommes et des femmes. Le « ngoukeu » est un chapeau de danse traditionnelle de la région de l’Ouest. Il est porté par les grands notables initiés.

 

L’on retrouve également des objets d’art de la zone Afrique centrale à l’instar du soufflet de forge, du fétiche à clous d’origine congolaise. Cet outil servait aux féticheurs à guérir les maladies. Fin de l’exposition le 16 juin prochain.