Capture

Economie
Alliance NYOBIA | 14-07-2017 16:12

Le projet pilote y relatif a enregistré une avancée notable ce 12 juillet à Douala.

La signature de contrat et des cahiers de charges relatifs au projet pilote de relance de la filière Coton-textile-confection-Buetec-clusters a eu lieu ce mercredi 12 juillet à Douala entre le ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire (Minepat) Louis Paul Motaze  et le cabinet Ligne Rouge Consulting. D’un coût total de 260 millions de francs, le projet, étalé sur 18 mois, vise à s’appuyer localement sur une entreprise pour organiser un certain nombre d’opérateurs en aval de la filière en clusters (réseaux d’entreprises évoluant dans un même créneau de production). Il est ensuite question de faire de ces clusters un outil de promotion de l’investissement privé et de dynamisation de la croissance économique.

Une croissance que la relance de la filière coton-textile-confection permettrait d’améliorer et de consolider, tant elle est génératrice de valeur ajoutée et créatrice d’emplois. Tant en amont, au niveau de la production du coton, qu’en aval, dans le segment de la transformation de cette matière première en produits finis.

D’autres données fournies par le Minepat permettent de mieux apprécier les enjeux de la filière : le Cameroun importe pour environ 200 milliards de francs de produits textiles chaque année, alors que le chiffre d’affaires de la filière localement était de 142 milliards en 2013 – dont 125 milliards générés par les moyennes et grandes entreprises. En outre, les unités de production impliquées dans les divers segments emploient environ 66 600 personnes ; la transformation locale du coton camerounais n’excède pas 2%. Le pays dispose pourtant de plusieurs atouts et savoir-faire à travers de nombreux sous-traitants ou artisans-couturiers, stylistes, maîtres-tailleurs, etc.

Il y a clairement à faire. Dans le cadre du projet susmentionné, il est attendu du consultant qu’il réalise toutes les études nécessaires à la formulation et à la mise en œuvre du projet ; qu’il identifie et sécurise les 10 sites retenus pour abriter les futurs clusters ; qu’il mette en place ces clusters conformément au document de projet et aux termes de référence, etc.