Les travaux de construction de l’autoroute Kribi-Lolabé (38 km) dans la région du Sud se sont poursuivis tout au long du mois de juin 2017 par des travaux de terrassement, des travaux de chaussée et de revêtement de chaussée, pour un taux d’avancement qui se situe à 60,2%.

 

lolabe

Les travaux de construction de l’autoroute Kribi-Lolabé qui s’exécutent depuis vingt-quatre (24) mois, soit 66.66% de délai consommé, ont atteint un taux d’avancement évalué à 60.2 %, au 24 juin 2017. A pieds d’œuvre sur le chantier durant le mois de juin 2017, l’entreprise chinoise China Harbour engineering Company en charge des travaux a effectué des travaux de terrassement, de chaussée, des travaux d’assainissement et de construction d’ouvrages d’art. Pour ce qui est des travaux préparatoires, on observe que ceux-ci sont exécutés à 94% et comprennent les activités de débroussaillage, de décapage et d’abattage des arbres sur l’emprise du projet. Seuls les tronçons situés après le pont de la Kienké entre le point kilométrique 35 et le point kilométrique 38.5, ne sont pas couverts par ces travaux du fait des problèmes liés à la libération des emprises. Les travaux de terrassement quant à eux sont exécutés à 80%. Un taux d’avancement qui représente les mouvements de terres (déblai et remblai), le traitement des zones marécageuses, la protection des talus et le réglage de la plate-forme. Pour ce qui est des travaux de chaussée, on note un taux d’avancement de 26,2% sur l’ensemble du linéaire de cette section d’autoroute, avec des travaux concentrés entre le point kilométrique 3 et le point kilométrique 15.Les couches de chaussée (couche de fondation et de base) ont déjà été réalisées sur 13 kilomètres, et une rampe de l’échangeur du Port a déjà été revêtue (couche de fondation et couche base). Les travaux de mise en œuvre de la  couche de roulement ont également débuté entre le Pk3 et le Pk15. Les travaux d’assainissement longitudinal quant à eux ont atteint un niveau d’avancement de 35,8%. Ces travaux représentent  la construction des fossés de drainage des  talus (crête), la construction des caniveaux de drainage des  talus (risberme), la construction des fossés longitudinaux, l’exécution des drains et des descentes  d’eau. S’agissant des ouvrages d’art, on relève que le taux d’avancement de ces derniers est de 85%. Sur le tracé de l’autoroute, 44 buses sur 46 sont réalisées ; 37 dalots sur les 42 prévus sont réalisés. Sur les échangeurs, les voies de rétablissements de liaisons et les voies d’accès, 12 buses sur les 17 prévues sont réalisées et 06 dalots sur les prévus sont réalisés. Pour ce qui est du cas spécifique des ouvrages d’art, on note qu’au niveau de l’échangeur du situé au point kilométrique 3+610, les travaux déjà réalisés concernent les pieux. Au niveau des culées et des piles de cet ouvrage d’art, les pieux sont exécutés. Au niveau de l’échangeur prévu au niveau du croisement avec la nationale 17 (Ebolowa-Akom II-Kribiles pieux et les chevêtres sont exécutésSur le pont de la Kienké, au niveau des culées, les pieux et les chevêtres côté droit sont exécutés ; au niveau des piles, les pieux, les colonnes et les chevêtres sont exécutés. S’agissant du pont en construction sur le fleuve Lobé, les culées et les piles sont exécutées. Les appareils d’appuis sont posés. Pour le tablier, toutes les poutres en T sont déjà posées et les entretoises  exécutées, il reste les dalles de transition qui ne sont pas encore exécutées.

 

L’exécution financière du contrat Engineering Procurement Construction (EPC) qui permet de mettre en œuvre le projet est de 42% équivalent à dix-huit (18) décomptes émis par l’entreprise CHEC pour un montant total de  105 130 207 871 FCFA, en attente de payement. L’exécution financière du contrat de l’Assistant à la Maîtrise d’Ouvrage est de 20% équivalent au décompte d’avance de démarrage. L’exécution financière du contrat du contrôle technique est de 20% équivalent au décompte d’avance de démarrage. Entre autres difficultés liées à l’exécution du projet, les revendications effectuées par les communes au sujet des taxes locales, les retards accusés dans le paiement des prestations des consultants mobilisés et les problèmes liés à la libération des emprises du projet. Sur ce dernier point, on note qu’entre le point kilométrique 23 et le point kilométrique 38,5, les emprises ne sont pas encore libérées. La commission d’évaluation des biens mis en cause a transmis son rapport d’évaluation et les décrets d’indemnisation y afférents restent attendus.

 

La matérialisation de ce projet provient d’un accord de financement de 385 808 808,6 USD signé entre Exim Bank Chine et l’Etat du Cameroun représenté par le Ministère de l’Économie, de la Planification et de l’aménagement du territoire le 16 mai 2016. Ce financement représente 85 % du montant total, dont les 15 % restant représente la contrepartie de l’Etat du Cameroun prise en charge prévue par CHEC dans le cadre du Partenariat public privé. A travers la construction de cette infrastructure autoroutière, le gouvernement camerounais entend désenclaver les localités riveraines, optimiser la fluidité des échanges entre  les bassins de production et de consommation, de faciliter l’accès au Port  en Eau Profonde de Kribi  et surtout d’alléger le trafic sur l’axe routier Kribi-Campo. L’observation du rythme des travaux sur le terrain prévoit l’achèvement de ceux-ci au mois de mars 2019.