adamaoua

Regions
Esaie MEIDOGO SHAKUR | 31-10-2017 01:27

Nagoundéré (Vina) - Depuis deux semaines, les engins à trois roues, encore appelés tricycles, servent de moyen de transport  public dans la ville. Ces voiturettes suscitent la  curiosité au sein  de la  population. Pour un déplacement d’un bout  à l’autre de la ville,  un usager débourse une somme comprise entre 100 F et 200 F. Mais lorsqu’il s’agit  d’une course hors du périmètre urbain, les tarifs sont fixés  entre   1000 F et  2000 F. Pour certains clients,  l’arrivée du taxi à trois roues  dans la ville a révolutionné le mode de déplacement. « On est l’abri du soleil et de la pluie.

Et en plus, le transport ne coûte pas cher.  Pour moi, il arrive à point nommé surtout en cette saison pluvieuse», confie Abdoul Karimou, riverain. Au total 39 tricycles circulent déjà  dans la ville. 39 chauffeurs ont été recrutés pour les besoins de la cause. Le siège de la nouvelle société est situé au centre commercial. « On commence le travail  à partir de 6h, pour arrêter à 20 h avec une recette journalière de  6000 F à verser dans la caisse. On a droit à une journée où la recette nous  revient entièrement. C’est ainsi que nous sommes rémunérés», souligne Ibrahim Boukar, chauffeur.

A la délégation des Transports de l’Adamaoua, cette activité est suivie de près. « Au regard de la législation en vigueur, au Cameroun aucune licence n’autorise le service de transport public par tricycle à titre onéreux. « Toutefois, compte tenu des insuffisances dans le secteur des mototaxis, une solution sera apportée à cela », indique le délégué régional des Transports pour l’Adamaoua, Josué Meyoua Me Mah. Pour l’initiateur, Koulagna Abdou, par ailleurs député à l’Assemblée nationale, « l’offre de  taxis à trois roues  va connaître une  augmentation  dans les semaines à venir pour répondre  ainsi à la forte demande. » Après les bus en circulation depuis peu à Ngaoundéré, les tricycles jusque-là confinés au transport des biens et marchandises, assurent désormais le ramassage en milieu urbain.
 Esaie MEIDOGO SHAKUR