24 heures

Josy MAUGER | 01-11-2017 12:24

L’explication 

 Christol Georges Manon:  Directeur général de la Mission d’aménagement et de gestion des zones industrielles (Magzi). 

 

bamenda industrial zone- guy mouofo

Pic Guy Nouofo - Zone industrielle Bamenda

 

La Magzi vient de publier un communiqué invitant les opérateurs économiques à aller investir dans la future zone industrielle de Bamenda au lieu dit Nkwen. Est-ce à dire qu’ils ne sont pas intéressés ? 

 La future zone industrielle de Bamenda est l’une des dernières zones que la Magzi a créées. C’est l’une des plus grandes villes du pays, mais nous avons constaté qu’il n’y avait pas beaucoup d’activités industrielles de ce côté. La zone industrielle de Bamenda s’étend sur environ 45 hectares. Notre invitation à investir va d’abord en direction des enfants de ce coin du pays, parce que la plupart sont à l’extérieur et ce sont de grands industriels. S’ils investissent et implantent des entreprises dans ces zones, cela va résoudre le problème de chômage et créer une certaine richesse. C’est cela notre objectif. 

 Quelles sont les facilités que la Magzi met en place pour attirer les investisseurs ? 

 La zone de Bamenda par exemple est une l’une des rares à avoir bénéficié des infrastructures. Elle possède près de 3,5 kilomètres de routes bitumées. Contrairement à ce que nous voyons ailleurs, il y a l’électricité qui est déjà installée, un projet d’eau est en cours de finition d’ici la fin de cette année. On a également pris la peine de faire une étude environnementale pour s’assurer que la zone n’aura pas de problème. Elle remplit les conditions, les standards dont ont besoin ces zones-là. Douala, avec ses deux zones a également le même niveau de commodité. Les autres zones industrielles du pays manquent de routes bitumées. Mais le gouvernement est en train de faire des efforts pour rendre ces routes viables. En dehors de ces conforts, il y a d’autres avantages. Les entreprises ne paient pas de taxe foncière. Le deuxième privilège concerne les prix de nos terrains qui varient de 200 à 300 F le m2 par an. Nous faisons la location. C’est un bail emphytéotique de 25 ans qui peut aller jusqu’à 99 ans. C’est en fait un titre de propriété qui ne dit pas son nom. Nous aidons aussi les industriels à monter des dossiers techniques et les études de faisabilité. Ils bénéficient ainsi de la sécurité juridique qui fait qu’ils ne courent pas le risque de se voir déguerpir 

Quelles sont les conditions d’installation ? 

 Il faut simplement faire une demande de terrain, indiquant l’activité à mener. Ensuite il faudra produire une étude de faisabilité du projet. Le demandeur dépose un dossier technique de construction. S’il répond aux normes, on procède au bornage du terrain et il faut payer les frais et verser une caution correspondant à un an de loyer. Le dossier remonte à la direction générale où une convention est signée. Une fois cela fait, vous avez six mois pour l’implantation, au-delà de ce temps si vous  n’avez rien fait, on est en droit de vous retirer le terrain.