Economie
Pierre Rostand ESSOMBA | 07-12-2017 07:31

Le navire Hilli Episeyo a accosté depuis quelques jours et les travaux de la phase d’installation ont immédiatement commencé.

xx14650_P_15_ph04_Kribi

Le Cameroun entre dans le cercle restreint des pays exportateurs de gaz naturel liquéfié. Hilli Episeyo, ce navire trasformé en usine flottante de liquéfaction de gaz naturel, est déjà à Kribi.

L’immense bâtiment qui illumine l’océan Atlantique au large de Londji dans la nuit, est au centre de tous les commentaires dans la cité balnéaire. Ce qui était, il y a encore quelques semaines, un rêve, se concrétise alors.

Le navire usine a accosté non loin de la plateforme gazière et du centre de traitement de gaz onshore de Bipaga. Depuis son arrivée, de jour comme de nuit, on constate des va-et-vient des techniciens dans les différents compartiments du navire.

Les spécialistes font savoir que c’est encore la phase d’installation. Même si les délais de cette phase n’ont pas été dévoilés, tout laisse croire que le projet suivra un cours normal.

Plus que quelques mois, et le Cameroun va vendre son gaz liquéfié à l’international. Ce sera à un volume d’1,2 million de tonnes par an. 30 mille tonnes de gaz domestique sont aussi destinées aux ménages camerounais et 1,8 million de barils de pétrole très léger, appelé condensat, sont pour la raffinerie.

Le Cameroun est le premier pays en Afrique à lancer ce projet baptisé « Floating LNG ». La liquéfaction de gaz naturel dans un navire est opérationnelle depuis 2006. Et d’après une source, partenaire de la Société nationale des hydrocarbures (SNH), au niveau mondial, on ne compte pas encore 20 pays qui exploitent ce procédé.

La convention gazière signée entre la SNH, Perenco et le groupe Golar pour la mise en œuvre de ce projet couvre une période de dix ans, extensible sur accord des parties. Le projet « Floating LNG » viendra booster l’économie camerounaise.

Parmi les principales retombées, il y a ce fonds de développement des capacités locales de 2,2 milliards de F. « Une enveloppe qui permettra d’étendre le savoir-faire camerounais à de nouveaux domaines », apprend-on.

Ce projet est également une grosse opportunité d’affaires pour les entreprises camerounaises avec des travaux de plus de 75 milliards de F à leur confier. On y parle aussi de l’emploi, notamment 1100 personnes à recruter.