xx18546_P_33_ph1_Travaux

Regions
Mireille ONANA MEBENGA | 25-04-2018 12:39

Si les conditions financières et météorologiques sont réunies, ils s’achèveront ce 31 mai.

Depuis quelque temps, les engins du Génie militaire sont visibles sur le chantier du prolongement nord du Boulevard de la République, au lieu dit Bonabo. Cette fois est peutêtre la bonne, espèrent les populations de la partie nord de la ville, qui attendent la fin du calvaire des bouchons. Jeudi 19 avril 2018, le directeur du Génie militaire, le colonel Jackson Kamgain, a effectué une visite d’évaluation sur le site.

Pour le moment, tout se passe bien. Les raccords d’avec le grand ouvrage, c’est-à-dire le pont sur le Tongo A Bassa, sont presque terminés. Les niveleuses s’activent à donner à la route sa forme définitive. Des camions chargés de pouzzolane vont et viennent à longueur de journée.

Pour le commandant Camille Roger Melal, du 21e régiment du Génie, conducteur des travaux, si les conditions financières et météorologiques sont réunies, les travaux s’achèveront le 31 mai prochain, au rythme où ils évoluent. Long de 2,5 kilomètres sur une emprise de 42m, le projet du prolongement nord du Boulevard de la République, dont les travaux ont repris il y a peu, était divisé en deux phases. La première portait sur les terrassements généraux et l’assainissement de premier ordre. Elle a été livrée en 2013. Puis ces travaux ont connu un moment d’arrêt suite à des difficultés financières, selon certaines indiscrétions…

D’après le chef de chantier, l’ingénieur de génie civil Mouri Martin Suigabang, il s’agit d’un boulevard de 6 voies avec un terre-plein central et un pont sur le Tongo A Bassa d’une portée de 60 m, sur une largeur de 8m, capable de recevoir trois files de voitures.

L’ingénieur a aussi expliqué qu’un dénivelé d’1m20 a été réalisé sur l’ouvrage, pour résorber le problème d’inondations. « Si l’ancien pont est immergé on peut totalement basculer sans que cela ne pose un problème », a-t-il indiqué dans un échange avec CT.

Il est également prévu de larges trottoirs, de l’électrification, de la signalisation horizontale, des aménagements engazonnés et des ilots. Le chef de chantier a d’ailleurs relevé que le nombre de voitures qui passent est celui prévu pour la fin des travaux.

Bien que cela soit un petit handicap au déploiement sur le chantier, les uns et les autres sont conscients que les populations seront soulagées : le boulevard va fluidifier la circulation dans cette partie de la ville. Si pour le moment tout se passe bien, les techniciens sur le terrain déplorent l’incivisme des populations, qui jettent les ordures de part et d’autre de la chaussée, malgré la présence de bacs à ordures. D’où une exhortation à plus de civisme et de discipline.