xx18587_P_49_ph01_Laboratoire

Regions
Rita DIBA | 26-04-2018 12:33

L’une des principales informations à l’ouverture de la Semaine d’Excellence des Sciences et des Technologies hier.

Dans quelques mois, un laboratoire de génie civil, équipé par la Communauté urbaine de Douala (Cud) en matériel de pointe d’une valeur de 325 millions F, pour l’assainissement pluvial, sortira de terre sur le campus de l’Institut universitaire de Technologie (Iut) de l’université de Douala.

Et hier 25 avril 2018, le recteur, le Pr. François-Xavier Etoa, et le délégué du gouvernement auprès de la Cud, Fritz Ntonè Ntonè, ont procédé à la pose de la première pierre sur le site du futur bâtiment. Cet édifice sera l’une des concrétisations de la coopération université de Douala-Communauté urbaine de Douala, une convention cadre qui dure depuis 2010, mais qui est en plein réajustement.

Et hier mercredi, lors de l’ouverture de la Semaine d’Excellence des Sciences et Technologies (Ste- Douala 2018) à l’Iut, évènement qui s’achève demain 27, les deux institutions sont revenues plus en profondeur sur l’importance de leur collaboration pour la modernisation de la cité économique.

En insistant notamment sur les deux grands projets qui les préoccupent actuellement : d’abord l’assainissement pluvial avec l’aménagement en cours des drains afin de mieux canaliser les eaux et réduire les risques d’inondation ; ensuite « Douala, ville durable », avec pour site pilote Makèpè-Missokè.

Des projets qui, de l’avis de Fritz Ntonè Ntonè, « demandent des approches techniques et scientifiques très pointues (...) L’université de Douala participera aux recherches innovantes pour permettre à la ville de lutter contre le phénomène des inondations et autres catastrophes naturelles. »

Ce qui explique la construction du laboratoire pour l’assainissement pluvial dont l’objectif à terme est, pour la ville, d’être dans « une situation où on peut prévoir au maximum ces catastrophes comme ça se fait ailleurs », a ajouté le délégué du gouvernement.

Cette intégration de l’université de Douala dans son environnement est saluée par le Pr. Etoa, qui rappelle que la coopération avec la ville rentre dans l’une des missions fondamentales de son institution : l’appui au développement. Et les projets actuels, notamment « Douala, ville durable », rencontrent l’adhésion de partenaires comme l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD).

Le représentant délégué de l’organisme au Cameroun, Jean-Jacques Braun, estime que Douala pourra être un champ d’expérimentation pour des initiatives futures.