Societe
Rabiyatou MANA | 30-05-2018 10:07

 

iai

La phase d’expérimentation qui verra le recrutement de 40 étudiants va débuter dès novembre prochain à Yaoundé.

L’Institut africain d’informatique (IAI-Cameroun), Centre d’excellence technologique Paul Biya a désormais un cycle complet. Il a signé lundi dernier à Yaoundé un partenariat académique avec l’Ecole supérieure d’ingénieurs en matériaux de développement durable et informatique électrique de Dijon (Esirem) de l’Université de Bourgogne en France.

Un partenariat qui permettra aux étudiants de l’IAI-Cameroun et de l’Iftic-Sup de suivre sur place et dans les mêmes conditions que leurs homologues de France, une formation diplômante de Master en informatique, spécialité sécurité des systèmes numériques.

La formation portée par l’Esirem de Dijon débute en novembre prochain. Les 40 étudiants de la promotion pilote seront recrutés sur des critères académiques et comportementaux, et les meilleurs auront l’occasion de voyager en France pour y poursuivre leurs études.

Les frais de formation sont évalués à 2 millions par étudiant. Les dates et modalités de dépôt des dossiers seront communiquées sous peu, et tout Camerounais titulaire d’une licence en informatique, Système et Réseau ou tout diplôme similaire peut postuler.

D’après le représentant-résident de l’IAI-Cameroun Armand Claude Abanda, les enseignants qui auront la tâche de diriger cette filière viennent de la France et de pays africains.
L’IAI rentre ainsi dans l’ère de la performance et de l’émergence. Ce partenariat académique international avec l’Esirem ne date pas d’hier.

Le Pr. Albert Dipanda, un digne fils du Cameroun qui est directeur de l’Esirem de Dijon, entretient depuis longtemps des relations académiques avec l’IAI. Ceci à travers le recrutement des diplômés de cet institut à l’Esirem, les offres de stages en France, ainsi que l’accompagnement socio-économique de nombreux étudiants camerounais en France.

« Le choix porté sur l’Institut africain d’Informatique du Cameroun se base sur la confiance, la performance et la responsabilité dont a fait preuve cet institut », a relevé le Pr. Albert Dipanda.  De son côté, le représentant-résident de l’IAI-Cameroun se dit prêt à relever le défi.