mbanga

Regions

Rita DIBA | 27-07-2018 07:38

 La maternité et le bloc opératoire devraient présenter un visage neuf d’ici trois mois.

Dans trois mois maximum, l’hôpital de district de Mbanga, dans le département du Moungo, à une cinquantaine de kilomètres de Douala, retrouvera des couleurs.

Ceci grâce à un projet de réfection et d’équipement de la formation sanitaire, fruit d’une convention de partenariat entre l’Ordre national des médecins du Cameroun (Onmc) et la Société des eaux minérales du Cameroun (Semc), filiale du groupe Sabc (Société anonyme des Brasseries du Cameroun).

Cet accord triennal a été signé mercredi 25 juillet 2018 à Douala. Il est en fait, selon le Dr Guy Sandjon, président du conseil de l’Ordre, l’amélioration d’une collaboration qui dure depuis trois ans entre les deux structures. D’ailleurs, pour rappel, en avril 2016, le Dr Sandjon annonçait déjà ce projet de rénovation.

Et mercredi, le président du conseil de l’Onmc rappelait les raisons du choix de ce centre hospitalier, « situé sur un axe très accidentogène de la nationale N°5 », qui tombait en ruines.

Le projet consiste en la réfection des bâtiments abritant la maternité et les locaux des urgences, notamment le bloc opératoire, ainsi que la construction d’un forage d’eau potable.

Une part du contrat qui incombe à la Semc. Et Emmanuel De Tailly, directeur général de la Sabc, a donc donné un délai de trois mois pour honorer l’engagement de son entreprise.

Du côté de l’Onmc, le Dr Sandjon assure que le contrat est rempli. En effet, l’équipement en matériel médical d’une valeur de 50 millions F (seul chiffre dévoilé à l’occasion), qui devait être fourni par l’Ordre, est disponible depuis sept mois.

Dans cet équipement, on retrouve des lits avec matelas, des tables d’examen, des fauteuils roulants, des déambulateurs, etc. Et pour conclure, le président de l’Ordre a loué le partenariat secteur privé-société civile :

« Le gouvernement fait déjà beaucoup, mais chaque organisation citoyenne, comme la Semc, comme l’Onmc, doit faire le maximum afin d’aider le gouvernement à prendre en charge la santé des populations. »