xx19777_P_09_ph1_MINMAP

Economie
Eric ELOUGA | 12-06-2018 09:37

 En visite d’évaluation sur les sites, Abba Sadou accentue la pression et prescrit des mesures pour rattraper les retards constatés.

Les entreprises en charge de l’exécution des travaux d’infrastructures dans la ville de Garoua sont désormais sous pression. Et à en croire le ministre délégué à la présidence chargé des Marchés publics, Abba Sadou, cette pression n’est pas prête d’être relâchée.

Au terme de deux jours de visite des principaux chantiers de la ville, et au regard des constats préoccupants effectués, le Minmap a assuré que des évaluations auront désormais lieu toutes les deux semaines, jusqu’à la livraison des équipements attendus.

Et pour cause ! Garoua évolue dans un contexte particulier. Si les programmes finançant les divers marchés sont différents et autonomes, leur réalisation a été articulée autour du pivot qu’est la CAN 2019, dont l’échéance rend les délais imprescriptibles.

Et c’est bien cette question des délais qui nourrit toutes les inquiétudes du Minmap. Au total, pas moins d’une quinzaine de chantiers ont été visités par la délégation d’Abba Sadou, des hôtels et stades de la CAN aux logements sociaux en passant par les travaux de voirie. 

Et sur chaque site, presque toujours la même constante : les travaux connaissent un grand retard par rapport aux délais de livraison. Certains ont même déjà bénéficié d’une ou deux rallonges, et ne sont toujours pas achevés.

Les raisons divergent évidemment d’un chantier à l’autre, et Abba Sadou a privilégié une approche pédagogue, en se montrant à l’écoute tant des entreprises que des missions de contrôle. Une oreille attentive qui n’a pas empêché un ton ferme. « Nous ne sommes là pour être ni tracassiers, ni complaisants », a ainsi continuellement martelé le ministre.

Aux différents problèmes posés qui pour l’essentiel tournent autour de la main d’œuvre, de la logistique, l’agrément des sous-traitants, de la programmation des opérations et bien sûr des paiements des décomptes, Abba Sadou et les experts du Minmap ont instruit des mesures correctives, en insistant notamment sur la révision des rétro-plannings, l’augmentation des effectifs et leur meilleur traitement, l’instauration ou le renforcement du travail de nuit, la conduite simultanées des opérations qui ne sont pas inter-dépendantes.

Et si des divergences évidentes sont souvent apparues entre les entreprises et leurs missions de contrôle, le Minmap a rappelé que l’évènement historique qu’est la CAN oblige à fédérer les énergies et à travailler en équipe car comme pour tout match de football, la réussite ou l’échec seront d’abord collectifs. Et que le cas échéant, la main du gouvernement ne tremblera pas pour sanctionner les défaillances.