Le ministre des marchés publics a rendu public la liste des entreprises qui seront appelées à soumissionner dans le cadre de la mise en œuvre de ce programme.

 

hopital_garoua

Trois communiqués du ministre délégué à la présidence de la République chargé des Marchés publics parus dans l’édition de CT de mardi portent publication des résultats de l’avis général d’appel à manifestation d’intérêt en vue de la réalisation du Plan d’urgence triennal décidé par le président de la République à l’issue du Conseil des ministres du 9 décembre 2014.

Des entreprises présélectionnées pour postuler aux 248 projets que comprend le Plan d’urgence triennal qui va s’étendre sur la période 2015-2017. On y trouve des entreprises camerounaises et d’autres étrangères. L’acte posé par le ministre Abba Sadou permet de disposer d’une banque d’entreprises qui vont soumissionner pour la réalisation physique de ces projets, dont certains, à en croire Abba Sadou, sont déjà exécutés sur le terrain. Mais, pour l’essentiel, les études en vue de l’exécution physique des différents projets prévus sont déjà engagées, comme le rappelle le ministre délégué à la présidence de la République chargé des Marchés publics dans les lignes qui suivent. Alors qu’il indique qu’au plus tard en août prochain, la plupart des projets seront lancés.

Il convient de rappeler que le Plan d’urgence triennal, d’un montant global de 925 milliards de F concerne sept secteurs. Il y a le domaine urbain avec la réhabilitation des routes secondaires et l’éclairage public des villes de Yaoundé et Douala ; la construction de 800 logements sociaux dans les chefs-lieux de régions à l’exception de Yaoundé et Douala. Le second secteur est celui de la santé avec la construction et l’équipement des hôpitaux de référence dans les huit chefs-lieux de régions non encore pourvus ; la réhabilitation et la remise à niveau des plateaux techniques des hôpitaux généraux de Yaoundé et de Douala, ainsi que du CHU de Yaoundé.

Le volet agriculture et élevage comporte la création des agropoles et 120 000 ha de périmètre hydro-agricole, la construction des grands marchés de ravitaillement en denrées … Le plan d’urgence routier comporte la construction dans chaque région de deux axes routiers majeurs de désenclavement des bassins de production. Le volet énergie quant à lui englobe la construction des lignes de transport d’électricité, notamment Edéa-Yaoundé et Edéa-Douala et le barrage de Bini à Warak. Quant au secteur eau, le gouvernement doit construire des adductions d’eau dans 30 villes secondaires et le forage de 100 puits par région… Le dernier aspect est celui de la sécurité avec en vue, la construction des postes de gendarmerie et de police à Yaoundé et à Douala et des postes de sécurité aux frontières.

Le 19 décembre 2014, sept accords de financement avec les banques partenaires ont été signés à l’immeuble étoile à Yaoundé entre les représentants du gouvernement camerounais et les banques partenaires, sous le regard du Premier ministre, Philemon Yang.

Source : Cameroon Tribune