D’un coût de 480 millions de F, il a été inauguré vendredi dernier par le Mindef Edgard Alain Mebe Ngo’o.

ecobank_bonaberi_2_xx01_ns_600 

Il ne s’agissait point d’une mise en scène. Au moment où le général de brigade, commandant le Corps national de sapeurs-pompiers, Mahamat Ahmed Kotoko prend la parole, vendredi dernier pour présenter le Centre de secours des sapeurs-pompiers de Sangmélima, une sirène retentit. Il s’agit d’une alerte. Sans hésiter, certains membres du corps rompent les rangs et sautent dans un véhicule pour une intervention au centre-ville. Cette structure est désormais opérationnelle. Le commandant du corps explique aux personnalités présentes, avec à leur tête le ministre délégué à la présidence chargé de la Défense, Edgard Alain Mebe Ngo’o, venu présider la cérémonie d’inauguration de la nouvelle structure, qu’ainsi est fait le quotidien de ses hommes. Obligés de veiller 24 heures sur 24. Ce qui explique d’ailleurs que le Centre, construit sur une superficie de 1 842 m2, dispose en son sein d’une zone-vie ou zone d’intimité comportant notamment des chambres qui permettent au personnel de pouvoir y veiller. Les populations de la ville de Sangmélima ont encore sans doute en mémoire le souvenir de la triste nuit du 9 au 10 mai 2011, lorsque le marché de la ville avait été consumé par les flammes.

On pouvait donc comprendre qu’en leur nom, le maire André Noël Essian, a dit toute sa gratitude au président de la République, pour avoir rendu possible la construction de cette structure qui se veut futuriste. Pour sa part, le Mindef se félicitera de ce que le Centre de secours des sapeurs-pompiers de Sangmélima est livré avant les délais contractuels.

 

Edgard Alain Mebe Ngo’o, qui avait, à ses côtés, son collègue de l’Enseignement supérieur, Jacques Fame Ndongo et le gouverneur de la région du Sud, Jules Marcellin Ndjaga, a indiqué que cette structure arrive à point nommé « pour concrétiser l’option prise par le président de la République de mettre les populations à l’abri des sinistres. » A la commune, qui a gracieusement mis à la disposition de l’Etat le terrain nécessaire pour la construction du Centre, il a indiqué qu’il reste attendu d’elle deux principales choses pour permettre aux personnels de la structure de mieux exécuter leur tâche : une voirie accessible et des bouches d’incendie.

Le Mindef a annoncé la construction de structures similaires qui sont en cours à Mutengene, Kousseri, Meyomessala et bientôt à Ebolowa où une structure plus importante sera bientôt construite par le Génie militaire. Des distinctions honorifiques ont été décernées à certaines personnalités ayant contribué à la construction du Centre de secours des sapeurs-pompiers de Sangmélima. C’est ainsi que le général de brigade, Mahamat Ahmed a été élevé à la dignité de commandeur de l’ordre de la valeur.

 

Source : Cameroon Tribune