La première réunion ordinaire du Comité national de sûreté de l’aviation civile s’est tenue mardi à Yaoundé.

 

csm_parkin_dla_ee_066a9bb89e

 

Le Cameroun espère d’ici la fin de cette année porter son taux de conformité aux normes de l’Organisation de l’aviation civile (OACI) évalué à 54% depuis septembre 2008 à 75%. C’est le souhait décliné par le ministre des Transports (MinT), Robert Nkili. C’était au cours de la première réunion ordinaire du Comité national de sureté de l’aviation civile tenue mardi à Yaoundé. En termes d’opérations menées au niveau des aéroports, on compte, entre autres, pour ce qui est de Yaoundé et de Douala, ce don de 8 milliards de F reçu de la Banque mondiale dans le cadre du Projet de renforcement de la sécurité et de la sûreté de l’aviation civile en Afrique du Centre et de l’Ouest (PRSSAC) pour améliorer le système de sureté et de sécurité. Le fonds a permis la construction d’une clôture métallique de haute sécurité de 20 km autour de l’aéroport international de Douala. L’acquisition du matériel roulant destiné à la gendarmerie nationale pour la patrouille dans les deux aéroports. On compte également l’acquisition des équipements de sureté aux postes d’inspection de filtrage des passagers et du fret ; l’installation d’un système ultramoderne de vidéosurveillance dans ces deux principales plateformes aéroportuaires du Cameroun.

Un résultat qui a permis à une trentaine de compagnies aériennes étrangères de desservir le Cameroun. Mais, le pays peut faire mieux en desservant une quarantaine de compagnies aériennes. C’est l’avis de Robert Nkili qui a annoncé au cours de cette rencontre, qu’un second programme PRSSAC va démarrer dans les prochains jours pour des investissements en matière de sûreté dans les quatre aéroports internationaux du pays.

« Aujourd’hui, le comité reprend son activité après un certain temps d’hibernation. Il est question de s’approprier de nouvelles missions, de nouvelles menaces qui planent sur le ciel de l’aviation civile. Et nous allons proposer à l’Etat, au niveau du CNS, les voies et moyens qui vont répondre effectivement à ces nouvelles menaces », a déclaré Pierre Tankam, DG de l’autorité aéronautique.

En ce qui concerne l’immatriculation des MA 60 récemment réceptionnés par le MinT, le directeur général de Camair-co a précisé que le processus était en cours. Selon lui, les avions seront officiellement transférés à la Compagnie aérienne par le ministre des Finances. « Dès lors que nous aurons le titre de propriété, nous serons habileté à contacter la CCAA pour la transmission des dossiers de demande d’immatriculation à l’autorité aéronautique », explique le DG. Après cette étape, l’immatriculation sera disponible. « Les avions sont au sol et sont bien entretenus », a rassuré Jean Paul Sandjo.

 

Source : Cameroon Tribune