fete-coq

La communauté Toupouri de Yaoundé a appelé les uns et les autres à rester solidaires face aux défis actuels du pays.

Samedi dernier, le stade la Concorde de l’université de Yaoundé I a été, comme tous les ans, le théâtre des activités culturelles relatives à la fête du coq ou féo kague.

La 18e édition de la grande manifestation culturelle de la communauté Toupouri originaire de l’Extrême-Nord du Cameroun et du Tchad, avec pour thème : «  Ensemble pour la sécurité et l’émergence du Cameroun », a permis aux uns et aux autres de célébrer les récoltes. Une occasion qui, sous l’impulsion de Wang Doré, guide spirituel de cette communauté, symbolise également le passage à une nouvelle année.

C’est donc avec des pas de danse, bâton à la main que les hommes et femmes de cette communauté ont esquissé les danses traditionnelles à l’instar du Gourna, du Waïwa et du Lélé. A cette occasion, le chef traditionnel de cette communauté à Yaoundé a demandé aux jeunes, fer de lance de la nation, d’être toujours à l’écoute des aînés afin que la paix continue de régner dans notre pays. A sa suite, Yanda Wanlebele, président du comité d’organisation a réitéré qu’en cette période où le Cameroun subit les assauts répétés de la secte Boko Haram, il est impérieux de rester unis afin de faire face à cet ennemi commun. « Sans la paix et la sécurité, les chances de l’atteinte de l’émergence du Cameroun sont compromises », a-t-il rappelé. Concernant les récoltes, il a expliqué les aléas des changements climatiques sur les cultures et donné des astuces pour y faire face, afin que les greniers ne soient pas vides. « L’importance de ce phénomène a été relevé par le président de la République, Paul Biya à la Cop 21 à Paris. Il est réel et nous devons éviter de détruire notre environnement », a-t-il conclu.

Pour montrer leur savoir-faire culturel, les Toupouri de Yaoundé ont permis au  public venu nombreux de savourer leur culture à travers les luttes traditionnelles, le combat au bâton et la dégustation du « Bil bili », une boisson artisanale faite à base de mil. Des moments de retrouvailles qui ont permis aux uns et aux autres non seulement de renouer des contacts mais aussi de resserrer les liens de famille.