Josiane TCHAKOUNTE National Politique

 Le ministre de l’Habitat et du Développement urbain a signé mercredi avec une entreprise chinoise, un partenariat pour la réalisation de 3200 logements sociaux au Cameroun.

 

28b8f12309e9ac4afaade20e5d04ffc2_L

 C’est confirmé, le secteur des logements sociaux au Cameroun va bénéficier d’une retombée concrète de la conférence économique internationale de Yaoundé. Mercredi, le ministre de l’Habitat et du Développement urbain (MINHDU), Jean-Claude Mbwentchou a signé avec les responsables de l’entreprise chinoise She Yong, un partenariat pour la construction de 3200 logements sociaux à Yaoundé, Douala et dans les autres chefs-lieux de région. Il s’agit en effet de la deuxième phase d’un projet déjà en cours de mise en œuvre par la structure chinoise qui réalise actuellement dans le cadre de la première phase -pratiquement terminée- 1800 logements sociaux. Dans ce même domaine, le MINHDU a reçu le groupe anglais NMS Infrastructure qui a déjà signé un MOU pour la réalisation de 10 000 logements sociaux au Cameroun. Les échanges tenus dans le cadre des rencontres B to B ont permis aux investisseurs de réaffirmer leur souhait de voir la partie camerounaise réagir le plus tôt possible pour la matérialisation de leurs investissements.

 

Comme avec le MINHDU, des investisseurs nationaux et étrangers ont rencontré d’autres membres du gouvernement camerounais. Les uns pour poursuivre des échanges déjà entamés auparavant avec leurs interlocuteurs du jour, en vue de finaliser les projets à réaliser. Les autres pour s’assurer de ce que leurs intentions d’investissement cadrent bien avec la stratégie de développement du pays. Dans cette deuxième catégorie, Massia Menkene, Camerounais installé en France et arrivé à Yaoundé avec trois projets dans sa valise. « J’ai négligé le Cameroun pour des raisons de carrière », confiera-t-il au cours de son échange avec le ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire (MINEPAT) Louis-Paul Motaze. Ce chirurgien natif de Bokito, dans la région du Centre a entres autres projets, de créer un Institut médical et chirurgical de haut niveau en complément de ce qui se fait déjà au niveau national, pour rehausser l’offre existante. Pour cet investisseur qui dirige déjà une clinique en France, les choses devraient aller très vite, le temps pour lui de valider certains paramètres et choisir le site devant abriter la structure.

 

Autres catégories d’investisseurs présents aux rencontres B to B, des « habitués» du pays. Parmi eux, Dominique Lafont, représentant le fonds d’investissement KKR (Kohlberg Kravis Roberts) disposé à investir au Cameroun dans des projets présentant un potentiel régional. Pour Roger K. Kamgaing, Executive Vice Président de SGS déjà présent au Cameroun, les échanges avec le MINEPAT et le ministre des Finances, Alamine Ousmane Mey, ont servi à exposer le prochain programme d’investissement de la structure. Notamment l’installation de nouvelles machines au port de Douala pour accélérer le rythme de traitement des containers.

 

Dans le secteur des loisirs, une délégation du groupe Vivendi dont Vincent Bolloré est l’actionnaire de référence a également eu hier des échanges avec les responsables de l’Université de Yaoundé I qui devrait accueillir le mois prochain, la toute première salle de spectacles baptisée « Canal Olympia », d’une capacité totale de 5 300 places (300 à l’intérieur et 5 000 en plein air). Au total, selon le programme, c’est une vingtaine d’hommes d’affaires qui a échangé avec les ministres en charge de l’Economie, de l’Energie, des Finances, de l’Habitat et des Travaux publics. Donald Kaberuka, ancien président de la Banque africaine de Développement (BAD), a également pris part à ces rencontres B to B pour proposer une nouvelle approche dans la stratégie d’attrait des investisseurs.