Le Centre de Formation Professionnelle d'Excellence (CFPE) de Douala ouvre ses portes au grand public ce vendredi 17 juin à partir de 09 heures sous la présidence du Ministre de l'Emploi et de la Formation Professionnelle, Monsieur Zacharie PEREVET.

 

Capture


La cérémonie marquant cet important événement aura pour cadre le Campus de ce complexe architectural sis quartier Bassa. Le programme laisse prévoir l'installation des responsables de ce Centre, la présentation aux différents partenaires potentiels les innovations engagées dans la réforme du système de formation professionnelle, la prospection des possibilités de partenariats bénéfiques entre les CFPE et les entreprises et/ou industries locales d'une part ; les structures d'éducation et de formation d'autre part en vue de répondre efficacement aux besoins du système productif.


Une table ronde sera organisée pour la circonstance ce meme jour en vue de permettre aux experts au rang desquels, Son Excellence Monsieur l'Ambassadeur de Suisse au Cameroun, d'échanger autour d'une thématique à savoir : « le développement de l'apprentissage au coeur de la performance de l'économie camerounaise ».

 

--

 

Les Centres de Formation Professionnelle d’Excellence (CFPE) sont des structures publiques à gestion publique. L’accès se fera par voie de concours, tests psychotechniques et entretiens suivant les cas. Le concours sera ouvert aux travailleurs et aux jeunes ayant au moins le niveau de 3ème, 4ème , 1ère et Terminale de l’enseignement général ou de 3ème, 4Eme année, 1ère et Terminale de l’enseignement technique suivant le métier et le niveau de qualification recherché. Les diplômés de l’enseignement supérieur pourront également accéder à ces hauts lieux de développement des compétences dans les secteurs porteurs de notre économie.

Les fonctions essentielles des CFPE seront : la formation initiale, la formation continue, un centre de ressources aux entreprises, un centre de Validation des Acquis de l’Expérience. En nous appuyant sur l’ingénierie de la formation professionnelle et les bonnes pratiques observées dans plusieurs pays d’Afrique, d’Europe et d’Asie, nous avons pensé mettre en place dans ces centres et ceux à venir, une gestion moderne et participative impliquant le secteur privé, durable et axée sur des résultats probants et évaluables. Le coût de la formation sera compris entre 450 000 FCFA et 500 000 FCFA par an.

Ce point de presse tenant également lieu d’invitation, portez mon invitation à vos rédactions respectives pour qu’elles des Journalistes y envoient réaliser des reportages utiles pour vos publics respectifs.

Les CFPE, sont un type de structure que nous voulons implanter dans chaque Région de notre pays, terre d’opportunité et d’affaires par excellence afin de donner la possibilité aux jeunes et aux travailleurs de se former, se reconvertir ou bien se requalifier.

Mesdames et messieurs les Journalistes,

Limbé

Dans l’immédiat, j’entreprends dès le 14, et ce jusqu’au 17 juin, une visite de travail à Douala. Ce déplacement s’inscrit dans le cadre du plaidoyer engagé par mon département ministériel auprès des entreprises publiques et parapubliques visant à évaluer l’effort des différents acteurs en matière de création d’emploi et de promotion de la formation professionnelle en adéquation avec les besoins de notre économie. L’occasion sera également mise à profit pour susciter l’adhésion des Directeurs Généraux des différentes Sociétés d’une part, aux stratégies et actions gouvernementales en matière de transfert de technologie et de promotion de l’emploi décent et, d’autre part à la nouvelle vision du Gouvernement en matière d’apprentissage évoqué précédemment.

Les Centres de Formation Professionnelle d’Excellence seront aussi au menu de cette visite de travail. Celui de Douala ouvrira ses portes au grand public le 17 juin avec comme objectif : présenter aux différents partenaires potentiels les innovations engagées dans la réforme du système de formation professionnelle notamment la mise en service des 03 Centres de Formation Professionnelle d’Excellence prescrite par le Chef du Gouvernement, prospecter les possibilités de partenariats bénéfiques entre les CFPE et les entreprises/industries locales d’une part, les structures d’éducation et de formation d’autre part en vue de répondre efficacement aux besoins du système productif. Une table ronde sera organisée pour la circonstance au sein de ce campus. L’objectif est de permettre aux experts de croiser le verbe et d’échanger d’expérience autour d’une thématique à savoir : « le développement de l’apprentissage au cœur de la performance de l’économie camerounaise ». Bien que le train de la professionnalisation des formations soit en marche, il ne concerne pas que les Centres Pilotes d’Excellence. Parallèlement, d’autres grands chantiers sont en cours au MINEFOP notamment :

  • La définition de l’architecture de l’offre de formation et des services des premiers Centres de Formation aux Métiers (CFM), sur financement C2D. Les premiers CFM seront implantés à Bandjoun, Ndop, Maroua et Ebebda et offriront des formations initiales en Transformation, conservation et commercialisation des produits agropastoraux, la fabrication et la maintenance des machines agricole, la gestion des énergies renouvelables, etc.
  • Les deux Centres de Formation Professionnelle Sectoriels (CFPS), sur financement C2D seront quant à eux implantés à Edéa en Maintenance industrielle et Transport/Logistique et à Douala en Agro-industrie ;
  • La construction de l’Institut National de Formation des Formateurs et du Développement des Programmes de Yaoundé sur un don de l’Agence coréenne de coopération internationale (KOICA). Les travaux sur le site, situé en face de l’imprimerie nationale, ont déjà démarré et avancent normalement ;
  • La poursuite des travaux de construction et de réhabilitation des infrastructures, ainsi que l’équipement des structures publiques de formation professionnelle à l’instar des Sections Artisanales et Rurales et Sections Ménagères (SAR/SM), des Centres de Formation Professionnelle Rapides des Employés de Bureau et de Métiers Industriels ;
  • L’appui sous forme de complément de bourse de formation professionnelle et de subvention aux instituts et Centres privés agréés de formation professionnelle ;
  • La poursuite de l’élaboration des référentiels de formation professionnelle et le suivi/évaluation de leur implémentation sur l’étendue du territoire national ;
  • La poursuite de la mise en place d’un Cadre national de certification et de qualification professionnelle.

sangmelima

Zacharie Perevet - Minefop