Une convention de financement d’un montant de 131 millions de F signée mardi dans cette optique.

SAM_1108

C’est un pas de plus qui est franchi dans l’objectif d’améliorer l’accès à l’eau potable dans la commune de Bangangté afin d’atteindre 75% de couverture du service public de l’eau en milieu rural tel qu’inscrit dans le plan national de lutte contre la pauvreté d’ici 2015. C’est dans cette optique qu’il faut comprendre la portée et les enjeux de la convention de financement signée mardi dernier dans la salle des actes de la commune de Bangangté pour le lancement du projet Prodeso (Programme franco-camerounais pour un développement solidaire).

Ce projet vise à approvisionner les villages Bangoua et Bandiangseu en eau potable pour un montant global de 131 millions de F. Les travaux qui portent aussi sur la réhabilitation du réseau Scanwater de ces deux villages et la mise en place d’un service public de l’eau en zone rurale dureront 18 mois. Les partenaires impliqués sont entre autres la commune de Bangangté, les Enfants du Ndé, la Fondation Veolia Environnement, l’association Era-Cameroun, l’Etat du Cameroun à travers le ministère des Relations extérieures. Grâce à ce financement, l’accès à l’eau potable sera bientôt une réalité à Bangoua et Bandiangseu. Le projet Prodeso fait suite au projet Modeab qui a permis aux groupements de Bamena, Batchingou, Bangoulap, Bahouoc et Sanki d’avoir de l’eau potable et un service public de l’eau.

Selon le maire de Bangangté, Célestine Ketcha Courtes, Prodeso est un bel exemple de coopération de développement durable. « Je suis très heureuse de ce nouveau financement, parce qu’on avait pratiquement bouclé les zones rurales de Bangangté. Il nous restait Bangoua, Bandiangseu et Bangang-Fokam », confie le maire de Bangangté. Elle promet de se battre plus tard pour trouver des financements pour Bangang-Fokam afin que « la zone rurale de Bangangté atteigne les 85% d’accès en eau potable, objectif du millénaire pour le développement, en attendant l’avènement du projet avec la Banque africaine de développement, qui permettra à terme que l’eau devienne une réalité aussi bien au centre urbain que dans la zone rurale de la commune de Bangangté. »

 

Source : Cameroun tribune