transformateur-electricite

Une nouvelle opération devrait aboutir à la désignation des structures en charge des différentes composantes du projet. Parmi les groupements figure une structure camerounaise.

Parmi les entreprises et groupements d’entreprises ayant soumissionné à l’avis à manifestation d’intérêt publié le 30 avril dernier

pour la mise en œuvre du projet hydro-électrique de Nachtigal amont, douze viennent d’être pré-qualifiés. Cette sélection a été menée par le consortium composé de la Société financière internationale (SFI), Electricité de France (EDF), l’Etat du Cameroun et Rio Tinto Alcan (RTA). Les entreprises ont été sélectionnées  en fonction de différents lots (quatre au total) du projet d’une capacité de 420 MW, situé          sur le fleuve Sanaga, à 65 km de Yaoundé.

Terrassements généraux

Le premier lot des travaux à réaliser dans le cadre du projet d’aménagement hydro-électrique de Nachtigal amont concerne les terrassements généraux, le génie civil et les équipements des ouvrages amont et du canal d’amenée. Pour ce travail, deux groupements d’entreprises ont été pré-qualifiées. Il s’agit du groupement composé de  Razel BEC (Mandataire-France)/Sogea Satom (France)/Vinci construction Grands projets (France). Il a pour principal concurrent le consortium NGE Contracting (Mandataire- France)/SGTM (Maroc).

Ouvrages aval

Le choix de l’entreprise devant réaliser le deuxième lot du projet concernant le génie civil des ouvrages aval, les conduites forcées et équipements hydro-mécaniques des adductions aval se fera parmi les trois retenues lors de la pré-qualification. Dans la liste, le groupement Besix (Mandataire-Belgique)/Six international (Cameroun)/Tractebel Engineering (France) ; le consortium Vinci Construction grands projets/Razel BEC/Sogea Satom et NGE Contracting/SGTM.

Equipements de la centrale

Elles sont quatre en concurrence pour ce troisième lot. Comme pour les précédents, le choix s’est davantage tourné vers les groupements d’entreprises : Andritz Hydro GmbH (Allemagne-mandataire)/Andritz Hydro GmbH (Autriche) ; Toshiba Corporation (Japon-Mandataire)/Clemessy S.A (France) ; Alstom Hydro France (France) et  (Allemagne mandataire)/Cegelec SAS (France).

Lignes électriques d’évacuation

C’est le seul lot pour lequel des groupements d’entreprises n’ont pas été privilégiés. Trois entreprises ont été pré-qualifiées. Il s’agit de Cofely INEO GDF Suez (France), de Bouygues Energies services (France) et Elecnor (Espagne).

Cette nouvelle étape franchie dans le recrutement des entreprises intervient pratiquement deux ans après la signature de la convention relative au projet, le 8 novembre 2013 à Yaoundé entre le gouvernement et les différents partenaires financiers. Il reste maintenant à sélectionner dans ces entreprises, celles qui seront qualifiées pour réaliser les différents ouvrages. Le projet comprend entre autres un barrage principal en béton, un canal usinier qui alimentera une centrale hydro-électrique dotée de sept groupes de 60 MW chacun, un poste de production ouvert et une ligne de transport d’énergie, une microcentrale hydro-électrique et des ouvrages annexes à l’instar de routes, cité, bâtiments, réseaux, etc. Le coût total du projet est estimé à 400 milliards de F. D’après les informations disponibles sur le site Internet du projet, le début de la construction est prévu en 2016. La mise en service opérationnelle des sept groupes sera échelonnée entre 2020 et 2021. Selon la même source, les opérations de recensement des biens affectés par le projet en cours dans le département de la Lékié depuis le 22 septembre dernier s’achèvent cette fin du mois d’octobre.