carreau

Un gisement de matériaux argileux et feldspathiques, découvert récemment fait l’objet de convoitises.

Dans un avenir proche, les carreaux grès césames pourront être produits sur place dans la région du Nord. Ces matériaux de luxe, utilisés dans le revêtement du sol des habitations, sont jusque-là importés. Pourtant, les éléments argileux et feldspathiques, essentiels à la fabrication de ces carreaux, viennent d’être découverts à Bogou, un village situé au pied du Mont Tinguelin, à une quinzaine de kilomètres de Garoua.

 Cette découverte faite par le centre régional de la mission de la promotion des matériaux locaux (MIPROMALO), constitue un premier pas dans la recherche scientifique dans ce domaine. Achille Balo Madi, le chef de centre régional de la MIPROMALO-Nord, parle d’un grand gisement découvert. En outre, cette structure sous tutelle du MINRESI s’est également appesantie sur l’évaluation des risques en rapport avec l’environnement et la santé des producteurs artisanaux des briques de terre cuite. Une activité abondamment pratiquée dans l’arrondissement de Pitoa et ses environs, et qui nourrit de nombreuses familles.

 Cependant, ces artisans traditionnels exercent en marge des règles scientifiques requises en la matière. Résultat des courses, ils s’exposent à de multiples risques, dont les plus avérés ont rapport avec la dégradation de leur environnement. D’où des solutions proposées par les chercheurs de la MIPROMALO pour substituer le bois de chauffe utilisé par d’autres matériaux plus adaptés. Au-delà de ces actions menées par la MIPROMALO dans la région du Nord, d’autres structures, à l’instar de l’IRAD et de l’IRGM, excellent également dans la recherche du bien-être des populations du septentrion.